Alerte à l’E.Coli : quatre questions sur une bactérie qui peut provoquer la mort chez les jeunes enfants

Alerte à l'E.Coli : quatre questions sur une bactérie qui peut provoquer la mort chez les jeunes enfants
Written by admin

l’essentiel
Escherichia coli a tué deux enfants ces dernières semaines en France. Ces décès entraînent une recrudescence de cas graves liés à cette bactérie chez les plus jeunes.

Si la bactérie E.coli est naturellement présente dans le système digestif de l’être humain, certaines souches peuvent se transformer en infection grave, voire mortelle, prenant souvent la forme d’intoxication alimentaire. Au total, 26 cas d’infection graves à la bactérie E.coli ont été identifiés depuis le début février en France. Par ailleurs, “22 cas supplémentaires sont en cours d’investigation” a annoncé samedi 12 mars l’agence Santé publique France, émanation du ministère de la Santé. Deux enfants sont d’ores et déjà décédés des suites de la bactérie.

Pour stopper la recrudescence de formes graves, les autorités insistent sur l’importance de la prévention des risques. Mais que sait-on vraiment de cette bactérie ? Pourquoi les enfants y sont-ils plus vulnérables ? La Dépêche du Midi fait le point en quatre questions.

  • Comment se transmet la bactérie ?

C’est par les aliments que la bactérie se transmet le plus. Selon l’ANSES, les aliments les plus sujets à transmettre la bactérie lors de leur consommation sont “la viande hachée de bœuf, les produits laitiers non pasteurisés et les végétaux crus”. Il est également possible d’être infecté par la bactérie lors d’un contact avec un animal déjà porteur et/ou avec ses déjections. Enfin, E.coli peut aussi se transmettre d’humain à humain, notamment par le biais de mains non lavées après avoir été aux toilettes.

  • Quels sont les symptômes de l’infection ?

La bactérie E.coli provoque des troubles digestifs. Les symptômes apparaissent généralement entre “3 et 8 jours après l’infection” selon l’institut Pasteur. Douleurs abdominales et limitées sont les principaux signes de contamination. Selon les individus, la bactérie peut s’arrêter à une bénigne bénigne ou s’aggraver sous des formes hémorragiques. Du sang dans les selles doit alarmer quant au caractère grave de l’infection. De la fièvre et des vomissements peuvent également être ressentis. Dans les cas les plus extrêmes, les rênes peuvent être obtenues.

  • Pourquoi est-elle plus dangereuse chez les enfants ?

C’est chez les enfants que les formes graves voire mortelles sont majoritairement détectées. En cause, la forme hémolytique et urémique de l’infection qui peut s’avérer très dangereuse pour les plus jeunes et créer des insuffisances rénales pouvant arriver à la mort, le corps de l’enfant étant plus fragile qu’un corps adulte.

  • Quels sont les gestes à adopter pour se protéger et protéger ses enfants ?

Pour éviter au maximum l’infection, plusieurs habitudes doivent être adoptées. Il est préconisé de respecter scrupuleusement les mesures d’hygiène. L’ANSES insiste sur l’importance de “bien se laver les mains après s’être rendu aux toilettes, avant et après les repas, lors de la manipulation de viande et légumes crus”. Il faut également laver les surfaces en contact avec les aliments crus et ne pas réutiliser un plat ayant été en contact avec eux sans l’avoir lavé au préalable.

En ce qui concerne la cuisson de la viande, le bœuf doit être cuit à cœur afin d’éviter toute prolifération de la bactérie. Les fromages au lait cru et le lait cru sont proscrits pour les jeunes enfants. De plus, les légumes, fruits et herbes aromatiques doivent être soigneusement lavés et si possible épluchés.

Leave a Comment