You are currently viewing A New York, la communauté homosexuelle se mobilise contre la variole du singe

A New York, la communauté homosexuelle se mobilise contre la variole du singe

Ils étaient une petite centaine devant le palais de justice de Manhattan, à avoir répondu à l’appel de l’association Act Up. Ce jeudi 21 juillet, Mordechai Levovitz, fondateur de Jewish Queer Youth, une association d’aide aux homosexuels juifs, harangue la foule : « Etes-vous en colère ? » Et de s’en prendre à l’administration Biden, accusée de répondre trop timidement à l’épidémie de variole du singe qui touche principalement les homosexuels multipartenaires new-yorkais : « Cette administration dit qu’elle est notre amie. Mais mettre le drapeau arc-en-ciel ne veut rien dire si vous ne vous occupez pas de vos amis homosexuels. »

Selon le département de la santé de la ville, il y avait le 19 juillet à New York 639 cas confirmés de variole du singe, touchants à 97,7 % des hommes – une seule femme était contaminée. Les malades sont à 52,4 % LGBT, 1,4 % hétérosexuels et 46,2 % à l’orientation sexuelle encore non précisée. « Si vous êtes un homme ayant des rapports sexuels avec des hommes et que vous avez des partenaires sexuels multiples ou anonymes, votre probabilité d’exposition est élevée », met en garde le site Internet de la ville, qui précise que « tout le monde peut attraper et transmettre la variole du singe ». L’épidémie galopante. Le nombre de cas remis à New York a diminué de 200 en trois jours, pour atteindre 839 vendredis sur un total de 2 891 dans tout le pays.

Lire aussi : Variole du singe : comment se transmet-elle, quels sont les symptômes ?

« Manhattan est l’épicentre de l’épidémie, mais la ville n’a pas eu sa juste part de vaccins. Nous avons eu 30 % des infections, mais seulement 10 % des doses », déplore Jason Cianciotto, vice-président de l’association de lutte contre le sida GMHC. Celles-ci sont en effet acheminées au compte-gouttes. Pour avoir droit à un vaccin, administré gratuitement et géré par l’État fédéral, il doit être majeur, être homosexuel, bisexuel ou transgenre ayant eu des rapports multiples ou anonymes dans les deux semaines passées. Il faut surtout d’abord s’inscrire sur Internet, mais le système informatique s’est montré défaillant à trois reprises et surtout, les rendez-vous s’envolent en quelques minutes.

« Le prochain train de rendez-vous sera ouvert demain à 18 heures », espère Ty Boring, qui n’est pas parvenu à trouver un créneau depuis plusieurs semaines. Ce dimanche 24 juillet, impossible de réserver la moindre vaccination sur Internet. Pour débloquer la situation, le gouvernement fédéral a acheté 1,1 million de doses à une usine de Bavarian Nordic, installée au Danemark, mais les autorisations de la Food and Drugs Administration, qui devait inspecter l’usine, ont traîné jusqu’à la mi-juillet.

Il vous reste 41,38% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply