You are currently viewing 4 questions sur le taux d’usure, qui peut poser problème en période d’inflation

4 questions sur le taux d’usure, qui peut poser problème en période d’inflation

Les taux moyens des crédits immobiliers augmentent de mois en mois depuis décembre 2021. Or, le seuil d’usure est, lui, calculé trimestriellement. De quoi bloquer certains dossiers. On vous explique le mécanisme.

1. Qu’est-ce que le taux d’usure ?

C’est le taux maximal qu’une banque peut pratiquer pour un prêt. Pour un crédit immobilier à vingt ans par exemple, ce taux s’élève à 2,40 %. La banque n’a donc pas le droit de vous proposer un TAEG (Taux annuel effectif global) supérieur à ce seuil. Rappelons que le TAEG désigne le coût global du prêt. Il inclut le taux de base, les frais, l’assurance emprunteur etc.

2. Pourquoi en reparle-t-on ?

Parce qu’en période d’envolée de l’inflation et des taux, les seuils d’usure peuvent poser problème. Certes, ils sont destinésà protéger l’emprunteur contre des taux excessifs qui lui seraient proposés, écrit l’État. Des taux d’intérêt trop élevés pourraient placer l’emprunteur dans une situation financière difficile.​Mais dans le contexte actuel, ils peuvent aussi limiteur l’accès au crédit des ménages, notamment modestes », ​Observez Michel Mouillart, économiste, spécialiste du logement.

3. Comment le taux d’usure peut-il se retourner contre l’emprunteur ?

Pour comprendre, il faut rappeler la façon dont il est calculé. La Banque de France s’appuie sur les taux moyens constatés au trimestre précédent et rajoute un tiers. Ce seuil d’usure s’applique ensuite pendant un trimestre. Ou, les taux augmentent, eux, actuellement de mois en mois,observez Maël Bernier, porte-parole du courtisan Meilleurtaux. Le seuil d’usure basé sur un taux constaté trois mois antérieurs peut donc se retrouver trop bas. En ajoutant les assurances et les frais, ça ne passe plus.

4. Que faire ?

La seule solution est malheureusement d’emprunter moins ou d’augmenter son apport. Mais les ménages modestes ont peu d’apport », note Michel Mouillart. Il est aussi possible de faire jouer la concurrence en matière d’assurance,conseil Maël Bernier. Des garanties identiques peuvent donner lieu à un coût variant du simple au triple. À noter qu’à partir du 1er juin, il sera possible de changer à tout moment et sans frais d’assurance emprunteur pour les nouvelles offres de prêt. Et à partir du 1er septembre, ce sera aussi possible pour les contrats en cours. Aujourd’hui, changer d’assurance emprunteur n’est autorisé qu’à la date anniversaire du contrat.

Crédit immobilier : 4 questions sur le taux d’usure, qui peut poser problème en période d’inflation

Leave a Reply